AFPS Versailles Yvelines

Pour une Paix juste et durable en Palestine

Quand Versailles monte à Paris…

manif4Le groupe local de Versailles était présent lors des récentes manifestations à Paris, notamment les 23 juillet, 2 et 9 août.

Comptabilisant respectivement 25 000, 20 000 et 11000 personnes (en fourchette haute, soustrayez au moins 6000 personnes selon les estimations de la police), ces rassemblements ont surtout donné corps à la colère publique – et des visages, beaucoup de visages. Nous avons pu nous rendre compte de la diversité des soutiens à la Palestine. Partis politiques, syndicats (tous de gauche), associations (dont l’AFPS) ou collectifs divers, nouvelles entités («Artistes pour la Palestine») ou groupes inconnus, la palette fut large, même si la mobilisation a semblé s’affaiblir au fil du mois d’août. Remarquée aussi, la présence de citoyens israéliens et d’associations juives, comme l’UJFP (Union Juive française pour la paix). Multiplicité des opinions, donc, entre les appels à la résistance du collectif Cheikh-Yassine et des banderoles simplement pacifistes déroulées par d’autres collectifs dont l’AFPS. Le slogan le plus repris fut sans doute «Israël assassin, Hollande complice», largement répandu dans les rangs. manif5

Quelques mises en scènes, destinées à fabriquer des images pour le buzz, les réseaux sociaux et les agences de presse furent particulièrement marquantes : cercueils portés à bout de bras, enfants inanimés dans les bras d’adultes, femmes jouant les veuves ou les mères frappées par la douleur, «zones mortes» constituées de corps étendus sur le sol, comme celle du BDS. Quelques roquettes et missiles en carton. Beaucoup de prospectus appelant au boycott des produits israéliens. Nous n’avons constaté aucun propos antisémite.
manif1

On retiendra l’émotion qui a clôt la manifestation du 09 août, lorsque sur la place des Invalides, une prière fut faite pour les martyrs de Gaza : silence des corps à l’arrêt, paumes ouvertes et visages défaits, en pleurs. Un moment de recueillement inoubliable.

Quant au traitement de certains médias, il fut quelconque au mieux, tendancieux au pire. Au lendemain de la manifestation du samedi 09 août, certains titres, dont le Parisien, se focalisèrent sur la photo AFP d’un militant en treillis pointant des enfants arabes avec ce qui pouvait ressembler Kalachnikov. La symbolique était claire, et l’arme visiblement trop petite et légère pour n’être autre chose qu’un jouet. Mais pendant plusieurs jours, la tentative de faire monter le buzz et de jeter une ombre sur la manifestation fut flagrante. Le sous-entendu semblait criant : «On ne peut pas leur faire confiance, il y en aura toujours un pour se comporter dangereusement». Preuve fut faite très vite que le fusil était en réalité en plastique. L’obsession jusque là de certaines chaînes d’infos, autant télé que radiophoniques, avait été de savoir si les manifestations «allaient bien se dérouler», les plaçant potentiellement dans la rubrique des faits divers en attente. Des motivations et des identités des participants, il n’en fut pas question.

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 15 août 2014 par dans Activités locales.