AFPS Versailles Yvelines

Pour une Paix juste et durable en Palestine

Virus sécuritaire en Palestine

Une vie à l’ombre du mur

״On parle d’affrontements plutôt que de tueries, comme si c’était un phénomène naturel, un tremblement de terre ou une inondation. « De pauvres Palestiniens tués dans un affrontement ». On dit « peuplement » plutôt que « colonisation ». Le « projet de peuplement » en Cisjordanie est en fait un projet de colonisation, c’est tout. Un mur que l’on peut voir, toucher, filmer, ce mur de béton massif, plus long et plus haut que celui de Berlin, est toujours qualifié par certains de mes collègues de « barrière de sécurité » ou de « clôture ». (…) En changeant de mot ou en modifiant la langue, on fait oublier que c’est une guerre qui vise à coloniser, spolier des terres et tuer. Autrement dit, on transforme un conflit politique majeur avec les mots. On le « désémantise » pour en faire quelque chose qui n’a plus de lien avec la réalité. Résultat, celui qui lit ce genre d’articles pour la première fois, qui s’en désintéresse, ne comprend pas ou ne connait pas bien le contexte, se dit : «Visiblement, c’est la faute des Arabes». »

Robert Fisk en reportage

Ainsi parlait le journaliste britannique Robert Fisk dans le documentaire En première ligne, consacré en février dernier par Arte à ce fameux spécialiste du Proche Orient, témoin du massacre de Sabra et Chatila. À l’heure où les murs qui nous entourent sont plus épais que jamais et semblent nous circonscrire dans des espaces  toujours plus réduits, nous avons une pensée encore plus dense pour les Palestiniens, peuple confiné parmi les confinés depuis plus de 70 ans. Dans l’enceinte à ciel ouvert de Gaza, les premiers morts au Covid 19 ont été comptabilisés. Largement appauvris par le blocus israélo-égyptien qui dure depuis 2007, les Gazaouites vont bien sûr manquer de structures hospitalières efficaces si l’épidémie venait à se propager. Le matériel adéquat de base (les masques, le gel hydro-alcoolique, les gants, etc.) leur fera défaut. Quant à la Cisjordanie, elle subit elle aussi un bouclage encore plus poussé : les checkpoints sont fermés, plus personne ne peut circuler, notamment les travailleurs qui se rendaient chaque jour en Israël. Le dispositif sécuritaire qui les enserre semble renforcé à son niveau maximal.  

En ces temps de pandémie mondiale, l’AFPS Versailles 78 pense à tous ceux qui en France luttent contre le virus (malades et soignants) mais porte aussi son regard vers le reste du monde. Avec une attention particulière pour cette nation malade, lointaine et si proche : la Palestine infectée par un apartheid qui ne cesse de s’étendre sur son territoire.

Chères amies, chers amis, à bientôt pour de nouvelles informations. D’ici là, portez-vous pour le mieux.

AFPS Versailles 78

Information

Cette entrée a été publiée le 28 mars 2020 par dans Activités locales, et est taguée , , , , , , , , .