AFPS Versailles Yvelines

Pour une Paix juste et durable en Palestine

Le bon Tour de l’AFPS Versailles

Le dimanche 20 septembre dernier, l’AFPS Versailles a pris son Tour de garde, en manifestant lors du passage du célèbre peloton dans la préfecture des Yvelines. Parti de Mantes, le Tour de France traversait en effet Versailles juste après Saint-Cyr, avant de rallier les Champs-Elysées pour clore son édition 2020. Accompagnée des groupes locaux de Nanterre et de Suresnes, ainsi que d’un jeune Gazaouite résidant dans la ville, l’AFPS Versailles s’était positionnée devant la mairie pour déployer banderoles et drapeaux, et distribuer de nombreux tracts. Face aux organisateurs (le groupe Amaury), aux forces de l’ordre, devant les photographes et aux côtés de la foule amassée sur l’avenue de Paris, l’AFPS protestait contre la présence au sein du peloton de l’équipe Israël Start Up Nation (ISN). ISN est une nouvelle équipe au sein du cyclisme mondial dont le but avoué de son fondateur, le milliardaire israélo-canadien Sylvan Adams, est de promouvoir la politique d’Israël en donnant une image positive et dynamique de l’Etat hébreu, qu’il présentait dans Libération comme « une démocratie vibrante et robuste, un pays normal, sûr, ouvert et tolérant« . « On peut appeler ça de la politique ou de la diplomatie, peu importe, pour moi il s’agit de montrer le vrai Israël, déclarait aussi l’homme d’affaires à France Info. Une fois que les gens le connaîtront mieux, peut-être que les malentendus pourraient disparaître. (…) C’est de la promotion, c’est du tourisme, tout simplement du sport. On peut peut-être appeler ça de la diplomatie sportive.« 

« Sport washing » éhonté
Face à ce cynisme et ce manque de scrupules à user d’une des plus grandes épreuves sportives au monde comme d’un vecteur de communication nationale à grande échelle, face, aussi, à la complicité éhontée des organisateurs du Tour pour les coureurs-ambassadeurs, de cette glaçante séquence de « sport washing » de trois semaines, l’AFPS National et les groupes locaux ont organisé de nombreuses actions le long de chaque étape, visibles ici . Un journal vidéo du Tour a été régulièrement publié. Devant la mairie de Versailles, où ont retenti les slogans « Israël apartheid », « Israël Hold-up Nation » et « Palestine vivra », l’accueil du public a été bon, même si de nombreux spectateurs n’étaient pas informés, se révélant surpris de la réelle identité d’ISN. Beaucoup de discussions constructives, et bien entendu quelques refus catégoriques, voire légèrement hostiles. On pense à cette jeune femme se plantant exprès derrière nous et nous demandant de « baisser les drapeaux parce qu’elle n’y voyait rien », alors que toute l’avenue de Paris s’offrait à elle pour une visibilité parfaite. Aucun incident avec la sécurité ou les forces de l’ordre n’est par contre à signaler.

En attendant la venue du Chris
À noter qu’ISN, qui évolue sous les couleurs bleu et blanc nationales, a fini 19ème sur 22 équipes. Elle ne comptait dans ses rangs qu’un seul cycliste israélien, épaulé par des coureurs irlandais, belges, allemands ou… français. Clairement passé au second plan cette année derrière le but affiché de propagande, le projet sportif prendra une tout autre dimension la saison prochaine avec la signature du Chris Froome, vainqueur du Tour de France à quatre reprises (2013, 2015, 2016, 2017), du Tour d’Espagne (2011, 2017) et du Giro en 2018. L’attention portée à ISN sera alors maximale.
Une anecdote : le lendemain de l’étape finale, une photo de l’AFPS au passage des coureurs a été mise en ligne sur le site de la mairie de Versailles, avant d’en être retirée quelques minutes après. Un déraillage sans conséquence ? Les clichés célébrant les marques de la caravane publicitaire y sont, par contre, toujours visibles.

Information

Cette entrée a été publiée le 30 septembre 2020 par dans Activités locales, et est taguée , , , .

Navigation